Peste porcine africaine (PPA)

Déploiement de mesures fortes

Pour la deuxième fois en quelques semaines, le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume était dans les Ardennes pour suivre la mise en place des nouvelles mesures de prévention de la peste porcine. Les Communes forestières suivent de très près cette problématique qui impacte la gestion forestière et l’activité économique de la filière bois. Le ministre a souligné la mobilisation générale déployée dans cette zone frontalière, notamment des services de l’Etat et des acteurs concernés.

 

L’objectif prioritaire est de préserver le territoire français indemne de la peste porcine africaine, détectée il y a plusieurs mois en Belgique, dont l’introduction aurait des conséquences dramatiques pour notre pays. Cela s’est traduit par deux principales mesures :

-          La création d’une « zone blanche de dépeuplement » de 141 km², qui longe les départements de la Meuse et des Ardennes,

-          La pose d’une clôture, fixe et enfouie dans le sol, d’une cinquantaine de kilomètres sur les 15 communes concernées.

 

Réduire les risques de propagation

Dans cette zone de dépeuplement, toute activité forestière - économique et de loisirs - est interdite depuis le 19 janvier. Pour réduire le risque de propagation de la maladie, le dépeuplement des sangliers est conduit par des actions de chasse intensive qui mobilisent les chasseurs, l’ONCFS et l’ONF avec des battues et des tirs de nuit. Ces opérations vont se poursuivre. Les sangliers abattus seront géolocalisés et transportés en respectant les règles de biosécurité jusqu'au point de collecte de l’équarrisseur, dans le cadre de protocoles régionaux de gestion de la zone blanche.

En complément de la zone blanche de dépeuplement et afin d’anticiper toute évolution de la situation sanitaire, deux autres tronçons seront clôturés progressivement le long de la frontière dans les Ardennes et en Meurthe-et-Moselle. Dans ces zones, une chasse intensive sera également pratiquée.

 

Un enjeu pour les filières économiques

La situation exige une réponse à la hauteur des enjeux économiques considérables pour les filières agroalimentaires françaises. Il faut éviter que la peste ne contamine les sangliers français et par la même occasion la filière porcine française.

 

Quant à la filière forêt-bois, les Communes forestières du Grand Est portent la voix des collectivités concernant les impacts sur la gestion des forêts, la chasse et plus largement l’économie des territoires. Depuis l’automne, elles participent aux réunions de travail et adressent des informations régulières aux élus des communes concernées par la zone d’observation et par des mesures de biosécurité, notamment sur les activités d’affouage.

 

Enfin, les Communes forestières réfléchissent, dans le cadre des mesures annoncées et à venir, aux impacts sur l’activité chasse, notamment sur les baux de chasse dans la zone de dépeuplement, voire les zones limitrophes. En résumé, un dossier suivi avec vigilance.

 

En savoir plus :

Arrêté du 18 janvier 2019 modifiant l'arrêté du 19 octobre 2018 relatif aux mesures de prévention et de surveillance à mettre en place en matière de chasse et d'activité forestière (voir fichier téléchargeable ci dessous)

Télécharger le fichier

Publié le : 30/01/2019

Retour à la liste
© URCOFOR 2014 - Réalisation Ealys